Dmitri Baltermants (1912-1990) Photojournaliste de guerre pour l’Empire soviétique

Baltermants1

Dmitri Baltermants, Kerch, Crimea, 1941/42

Dimitri Baltermants, surnommé « L’œil de la Nation » est un photojournaliste russe né à Varsovie en 1912, alors que la ville faisait encore partie de l’Empire Russe.

Après avoir finalisé ses études en mathématiques à l’Université de Moscou, Dimitri Baltermants devient professeur de mathématiques à l’académie militaire et obtient le grade de capitaine.

Ce n’est qu’en 1939, pendant la Seconde Guerre Mondiale, qu’il deviendra passionné par la photographie et se convertira en photojournaliste. Il est alors envoyé en Ukraine de l’Ouest pour couvrir l’invasion soviétique en Pologne. Malheureusement nous ne retrouvons aucune trace photographique de cette mission.

1. Photojournaliste au service du régime soviétique

Ses premiers pas de photojournaliste il les a fait en travaillant pour le journal Izvestija, journal officiel du parti et le journal de l’Armée Rouge.

Les photos les plus représentatives du travail de Baltermants ont été prises lors de la bataille de Stalingrad et les batailles de l’Armée Rouge en Russie et en Ukraine. A deux reprises il sera blessé. Seules les images qui reflétaient les aspects positifs de l’armée étaient choisies, la plupart de ses photos ont donc été rendues publiques que dans les années 1960.

image

Attack, 1941, Dmitri Baltermants

A peine publiée cette photographie a été largement critiquée car elle représente la moitié d’un homme, ce qui était contraire aux standards imposés par le régime. Elle ne sera rendue publique que dans les années 1960 pour devenir l’une des photographies de guerre les plus connues mondialement.

image

Grief, January 1942 – Dmitri Baltermants

La photo la plus connue de Baltermants est « Grief ». Elle a été prise en 1942 et capture le massacre des Nazis à Kerch, un petit village en Crimée. Apparaissent sur la photographie le deuil des femmes du village alors qu’elles cherchent les corps de leurs proches. Le ciel renforce la tonalité dramatique de la photographie. Cette photographie a été publiée que après la guerre dans les années 1960 (tout comme ses autres photographies les plus connues aujourd’hui).

Grâce à ses photographies de guerre, Baltermants commence à se faire connaître. Il travaille alors pour la revue Ogonyok et voyage au tour du monde pour photographier Mao Tsetung lors de la visit de Krouchtchev en Chine, de Fidel Castro lors d’un voyage officiel de Brejnev. Ainsi, tout au long de sa carrière de photographe, Dmitri Baltermants a photographié tous les leaders soviétiques allant de Stalin à Gorbachev.

2. Photographies de guerre ou propagande ?

image

Buoy lighter, Dmitri Baltermants, 1948

Alors que l’Empire comprends le pouvoir de la photographie comme propagande, ils envoient Dimitri Baltermants photographier la vie quotidienne des quatre coins de l’Empire dans le but de glorifier l’URSS.

image

Khrushchev and Castro, Moscow, Dmitri Baltermants 1963

En 1949 il devient le photographe officiel du Kremlin, ses images seront quasiment les seules images à être montrées aux soviétiques. Proche de Joseph Staline, il continuera à exercer ses fonctions pendant le mandat de Khrouchtchev. Il voyagera alors en Chine, en Inde et au Vietnam pour mener des reportages photographiques.

image

Worker and Kolkhoz woman, Dmitri Baltermants, 1960

En tant que photographe officiel, il réalise également des reportages sur l’essor économique soviétique, le succès des athlètes aux jeux olympiques.

3. Un indéniable héritage photographique

Les photographies prises par Baltermants sont un véritable héritage photographique de la réalité de la guerre et des combats sur le front soviétique. Alors qu’il est difficile de qualifier Baltermants en tant que photographe social, son apport historique et de technique photographique de guerre est indéniable. Par ailleurs, il se considérait lui même comme un expert de la photographie mise en scène et s’amusait à jouer et modifier les négatifs pour ajouter des effets photographiques. Il était expert dans l’utilisation des couleurs et des compositions photographiques, raisons pour lesquelles il était tant aimé des autorités soviétiques.

La première de ses expositions à l’étranger a eu lieu à Londres en 1964 et à New York en 1965. Alors que la publication de ses photographies était contrôlée par le gouvernement Soviétique, la plupart des négatifs de Baltermants ont été publiés dans les années 1960, c’est donc cette ouverture qui lui a permis d’acquérir une reconnaissance mondiale.

Références:

http://baltermants.com

http://www.mep-fr.org

http://nailyaalexandergallery.com

https://iconicphotos.wordpress.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s