Lewis Hine, photographier pour changer le monde

image

Breaker boys working in Ewen Breaker of Pennsylvania Coal Co.

Comme nous l’avons vuprécédemment, Lewis Hine estsociologue avant d’être photographe. Il consacre savie à l’écriture d’article dénonçant l’extrême pauvreté et mes conditions detravail des membres les plus pauvres de la société. Son travail est reconnu comme
ayant participé à la prise de conscience collective de la nécessité d’améliorer
le droit du travail et de protéger les travailleurs les plus précaires de la
société. Il est également admis que Lewis Hine a permis de donner une image aux
enfants travailleurs et aux lois interdisant le travail des jeunes enfants
d’être votées. Nous étudierons aujourd’hui quelques-unes de ses photographies
les plus célèbres  et nous intéresserons à la manière dont elles ont
permis d’impacter les consciences.

1. Une
lutte acharnée contre le travail des enfants

image

Sadie Pfeifer, Girl worker in Carolina cotton
mill, 1908, épreuve argentique, 26.5×34.5 cm, New York Museum of Modern
Art. 

Hine contribue à la prise de conscience par la population
américaine de la situation précaire des enfants au travail. Grâce à ses
publications dans la presse illustrée il dénonce par ses textes leurs
conditions de vie et prouve ses allégations photos à l’appui. Il a une approche
factuelle et documentaire de la photographie qui, utilisée comme outil
argumentatif lui permet de faire ouvrir les yeux aux classes dirigeantes.

Avec Breaker Boys , Hine  nous montre de très jeunes enfants tout juste
sortis de leurs journée de travail au fond des mines de charbon./ leurs visages
sales et leurs guenilles de travail, choquent. Seul le blanc de leurs yeux
ressortent et nous percent l’âme. Pour certains américains de l’époque, le
travail des enfants dans les mines n’était qu’une légende qui devient tangible
par la preuve photographique.

Lewis Hine effectue un travail similaire avec les
enfants employés dans les filatures et l’industrie textile. Pour pouvoir
prendre des photos il est obligé de mentir aux propriétaires des usines en se
faisant passer pour un représentant de commerce venu photographier les machines
outil.

Sadie Pfeiffer est certainement l’une des photographies
la plus connue de cette série. Il choisit de donner le nom et le prénom de la
petite fille comme titre de sa photo. Par ce choix il créé un lien entre le
spectateur et le sujet de la photo et nous oblige en quelque sorte à nous
mettre à la place de l’enfant. Le gigantisme de la machine contraste avec la
taille de l’enfant frêle face à ce mur de métal. La profondeur du champ
accentue cette impression. En bout de perspective on devine la présence
fantomatique d’un adulte certainement une contremaitre chargée de surveiller la
gamine.

image

Michael McNelis, age 8, a newsboy. This boy has just recovered from his second attack of
pneumonia. Was found selling papers in a big rain storm. Philadelphia,
Pennsylvania. 

Sur cette image
Hine nous montre un métier familier de la vie des grandes villes de son époque.
Les distributeurs de journaux hantent les rues de la ville de jour comme de
nuit et font parties intégrante du paysage urbain. Pourtant, peu de gens ont
véritablement conscience de leurs conditions de vie.

Encore une
fois, le titre de l’image porte le nom de l’enfant. Cette fois-ci nous apprenons
également son âge et nous découvrons son état de santé. L’enfant se relevant à
peine d’une deuxième pneumonie ne devrait certainement pas être dans la rue en
train de vendre des journaux.

La carrure de l’homme
qui se penche sur lui contraste fortement avec sa faible stature. Pourtant, sa
veste trop grande remonté au manche, sa chemise et sa manière de tenir ses
journaux sous le bras renvoie à l’image d’un enfant devenu trop vite adulte.

2. La
classe ouvrière sublimée

image

Icarus Empire State Building, 1920  

Lewis Hine
vient d’un milieu modeste. Il a lui-même été obligé de travailler à un très
jeune âge pour subvenir à ses propres besoins et pour financer ses études. Il
porte un regard admiratif sur la classe ouvrière de son époque et sublime dans
ses photographies le travail de ces personnes qui construisent l’Amérique que l’on
connaît aujourd’hui. Le documentaire qu’il réalise sur les ouvriers qui ont
érigé l’Empire State Building est un hommage aux laborieux et sans grade,
souvent des immigrés venus du vieux continent dans l’espoir d’un avenir
meilleur.

image

Empire State Building, 1931 Silver gelatin print Musée
de l’Élysée, Lausanne. 

Les clichés qu’il
prend donne le vertige. Il y montre des hommes afférés à la construction d’un
symbole d’une Amérique qui se relève de la crise de 1929 par la construction de
ce monument encore aujourd’hui symbole du rêve américain. Les hommes qui
travaillent à cette construction sont présentés comme les héros de leur temps.

image

“Power house mechanic working on steam
pump,” 1920 

Cette manière de sublimer les ouvriers se retrouve dans une
autre des plus célèbre photographie de Lewis Hine. Dans ce dernier cliché on
voit un homme musculeux travaillant à une machine des « temps modernes » à laquelle nous
reverra plus tard le film de Charlie Chaplin. Cette photo se rapproche dans son
style de la photographie de mode. Les cheveux de l’homme sont parfaitement
coupés et sa posture permet de mettre en valeur son physique de dieu grecque.
Son regard est déterminé et il semble pleinement concentré sur tâche. L’image
que Hine nous donne de la classe ouvrière est loin des clichés que pouvaient
avoir les classes moyennes et supérieures de l’époque. C’est grâce à eux semble
dire le socio-photographe que les Etats-Unis s’élève progressivement au rang de
superpuissance.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s