Lewis Hine, prototype du socio-photographe 1874-1940

image

Lewis Hine, self-portrait. 

Né dans l’Etat du Wisconsin aux Etats-Unis et d’extractionmodeste, Lewis Wickes Hine, doittravailler dès le plus jeune âge pour payer ses études et nourrir sa familleaprès le décès de son père. Il suit des études de sociologie, d’abord à l’Universitéde Chicago, puis à la prestigieuse Université de Columbia et à l’Université de
New York. Il s’intéresse à la photographie dès 1904 et entreprend de
photographier l’arrivée des immigrants à Ellis Island. Il travaille alors comme
pigiste pour divers services sociaux.

image

Armenian Jew, immigrant Ellis Island NY.  

Engagé par le National Child Labor Committee en 1907, Lewis
Hine, « sociographe », documente pendant dix années la vie des enfants
travailleurs. S’il prend alors de nombreux clichés, il continue également son
travail d’écriture et se fait publier dans les journaux de la presse syndicale
et industrielle. Il travaille sur tous les aspects du travail des enfants,
étudiant cette problématique dans les villes, les sites industriels, les mines
et le secteur agricole. C’est à cette période qu’il réalise Sadie Pfeifer, fileuse de coton, que
nous étudierons en détail demain.

image

August 1908. Tipple boy at the Turkey Knob coal mine in Macdonald. 

Missionné par la Croix Rouge Américaine, il part en 1918
photographier la situation des populations civiles en Europe à la fin de la
Première Guerre Mondiale. A son retour il se consacre pendant dix années aux
difficultés de la classe ouvrière et publie à nouveau de nombreux articles de
presse. Hine travaille dans même esprit que Riis. Au début du XX° siècle les
classes moyennes et supérieures des Etats-Unis s’enrichissent. Les conditions
de vie de ces populations favorisées contrastent de plus en plus avec celles
des plus pauvres.

image

April 1917. “Teaching a deaf-mute to talk. Training School for Deaf Mutes. Sulphur, Oklahoma.”

Hine et Riis se distinguent cependant sur certains aspects. Riis
à une approche journalistique et militante de la photographie. S’il propose une
approche bien plus objective et documenté que certains de ses prédécesseurs, il
n’atteint pas la factualité des œuvres de Hine. Ce dernier, engagé dans le
mouvement progressiste new-yorkais ne cherche pas à faire en sorte que l’on
plaigne les pauvres. Il souhaite toutefois, comme Riis que l’on change notre
regard sur les classes laborieuses et les sans-emplois.  

Il réalise également durant cette période une série de photographies sur les personnes ayant un handicap mental. A l’époque de Hine, le darwinisme social est encore très répandu. Cette série illustre comment le gouvernement intervient le moins possible, sans pour autant laisser mourir ces personnes souffrant de handicapes  afin d’optimiser le progrès social.

image

Children with a mental handicap, New Jersey, 1920, George Eastman House.

Après avoir photographié les ouvriers chargés de la
construction de l’Empire State Building il publie Men at Work, qui paraît en 1932.

image

Men at Work, 1930. 

Son travail et son train de vie sont affectés par la crise
économique de 1929. Les commandes se raréfient, et bien qu’il continue à
travailler pour la Croix Rouge dans le Sud du Pays et dans le Tennesse, Hine
finira ses jours démuni.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s