John Thomson 1837-1921 : Indiana Jones et réformateur social

image

Autoportrait au côté de soldats mandchous, 1871, épreuvealbuminée d’après un négatif au collodion humide, Wellcome,National Librairy of Scotland. 

L’homme aux favoris que nous voyons sur cette mise en scène estJohn Thomson, un photographe aventurier issue d’une famille écossaise
aisée. Pionner de la photographie sociale, par cet autoportrait il
illustre la société chinoise de son époque, sous influence
coloniale et tenue par les Mandchous.

Né l’année de l’ascension de la reine Victoria, il réaliser
l’essentiel des ses photographies durant son règne et terminera sa
carrière en tant que photographe officiel de la famille royale,
position prestigieuse qu’il occupera dès 1881. Il lui tirera
notamment le portrait qui suit en 1887. 

image

Queen Victoria, 1887, Royal Collection. 

1. Un homme de talents techniques et artistiques. 

John Thomson débute sa formation technique en tant qu’apprenti
d’un fabricant d’instruments optiques. Cette formation qu’il
complétera en 1858 lui permet d’acquérir des fondements solides
d’optiques qui lui seront utiles tout au long de sa carrière. C’est
à cette période qu’il commence à s’intéresser au médium
photographique et à l’art. Durant deux années il suivra en plus de
cette formation technique des cours du soir au sein de la Watt
Institution and School of Art
. Dans ce cadre il suit également
des cours de chimie qui lui seront utils lorsqu’il entreprendra ses
grands voyages à l’autre bout du monde où l’accès au produit
chimique du commerce est souvent difficile. 

Dès 1861 il fait partie de la Royal Scottish Society of Art.
Il décide pourtant de partir retrouver son frère William, lui même
photographe à Singapour. 

2. Un photographe explorateur

image

Rama IV, King Mongut, in royal attire on October 6, 1865,

A son arrivé à Singapour, John travaille quelque temps avec
William pour la fabrication d’instruments utilisés par la marine.
Toutefois, la passion de la photographie chevillée au corps, il
décide de monter son premier studio de photographie dans la ville
sous influence britannique. Là il photographie des marchants
européens et des singapouriens aisés. Malgré cette activité, il
prend le temps pour voyager et découvre la Malaisie avant de
déménager pour Siam où il installe un nouveau studio. Il
photographie le roi de Siam et les membres de sa cours.  

Il monte par la suite un studio à Phnom Penh. Il continuera ses
photographies des rois par celles du roi du Cambodge qui lui ouvrira
les portes d’Angkor, site archéologique aujourd’hui classé au
patrimoine mondial de l’UNESCO et que l’on redécouvre à peine à
l’époque. Malgré le périlleux voyage jusqu’au site, les
difficultés de transporter son lourd matériel photographique et la
chimie nécessaire et alors qu’il réchappe de justesse à la fièvre
de la jungle, John Thomson réussit à prendre de nombreux clichés
du cite. 

image

Interior of the western colonnade of a Temple at Nakhon Thom,
Angkor Wat, Cambodia,1866, épreuve albuminée d’après un négatif
au collodion humide, Wellcome.

Par la suite il rentre une année à Londres où il devient membre
de la Royal Ethological Society et de la Royal Geographical
Society
. A peine le temps de faire publier The Antiquities of
Cambodia,
il repart pour Singapour. De là, il rejoint Saigon,
puis Hong Kong où il installera un studio qui lui servira d’arrière
base pour quatre années d’expédition jusqu’au cœur de l’Empire du
Milieu. Là il prendra une multitude de photographies créant un
compte rendu détaillé de la vie et des paysages de la Chine de la
deuxième moitié du XIXème siècle.  

image

Manchu Bride Peking, Penchilie Province, China, 1867,  Wellcome. 

3. Un réformateur social à l’objectif aiguisé

Après une première vie de grand voyageur, John Thomson rentre en
Grande Bretagne en 1872 pour entamer sa vie de réformateur sociale.
Il s’installe dans un premier temps à Brixton et écrit beaucoup sur
l’art photographique pour le British Journal of Photography et
traduit l’oeuvre de Gaston Tissandier, La photographie.

Il entretient à cette époque des relations avec Adolphe Smith,
un journaliste avec lequel il réalise les 12 parutions du magazine
Street Life in London en 1876 et 1877. Entre le
documentaire social et le photojournalisme, ces parutions présentent
la vie des gens des rues de Londres. La volonté des deux auteurs est
de faire changer le système et de lutter contre la pauvreté. Il
s’agit d’une initiative personnelle contrairement au documentaire de
Thomas Annan, ce qui donne à ses parution tout leur intérêt.
 Chaque photographie est réalisée selon le procédé du
woodburytype que nous découvrirons plus en détail ce
vendredi. Le magazine les présente en racontant l’histoire des
personnages qu’elles mettent en scène. Smith et Thomson poussent
loin l’art documentaire en impliquant encore plus les lecteurs qui
lisent leurs magazines.  

image

The Independent Bootblack – “the independent bootblack must
always carry his box on his shoulders and only put it down when he
has secured a customer.”, entre 1876 et 1877, woodburytype,
Wellcome. 

Après ce travail que nous étudierons en détail dans les jours
qui suivent, John Thomson devient membre de ce qui sera un jour la
Royal Photographic Society. Il montera un studio sur la très
prestigieuse Buckingham Palace Road avant de déménager en 1879 sur
Mayfair. Comme nous l’avons vu, en 1881 il devient photographie
officiel de la famille Royale de Grande-Bretagne. En 1886 il entame
une carrière de professeur à la Royal Geographic Society. Il
prendra sa retraite en 1910 mais continuera à écrire sur la
photographie jusqu’à sa mort à l’âge de 84 ans. 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s