Thomas Annan (1829-1887)

Pour commencer cette semaine nous allons nous pencher sur le travail de Thomas Annan. Malgré des recherches assidues sur internet et entre les pages de ces médias étranges que sont les livres, nous n’avons trouvé aucune portrait de celui qui a réalisé l’un des premiers véritables reportages  photographiques sociaux. 

Cinquième enfant d’une famille qui en comptait sept, Thomas Annanest né en 1829 à Dairsie (Ecosse). Il reçoit une formation
initiale de lithographe et travail un temps dans les ateliers du
célèbre Joseph Swan. Flairant que ce medium se ferait
progressivement remplacer par la photographie, Annan se forme à la
technique du collodion humide et monte son propre atelier de
photographie en 1857 sur Sauchiehall Street. Il commence son activité
en se consacrant à la photographie d’architecture et à la
photographie d’art. Comme O.G. Rejlander il reproduit des tableaux
des grands maîtres de la peinture en utilisant ce medium innovant.
C’est pour ses portraits au format “carte de visite” qu’il acquiert un
début de notoriété.  

C’est de lui que nous tenons notamment ce portrait de David
Livingstone : 

image

David Livingstone, 1864, épreuve au charbon, 36.90×30.20 cm,
National Galleries of Scotland Commons, from Edinburgh, Scotland, UK.

 ou encore ce portrait de Horatio McCulloch : 

image

Horatio McCulloch, épreuve albuminée, v.1860, 9×5,9 cm,
National Portrait Gallery.  

Thomas Annan expérimente toutes les techniques photographiques de
son époque et apprend à toutes les maîtriser. C’est pour son
expertise que le groupement d’intérêt Glasgow City Improvment
Trust
 fait appel à ses services en 1868. Il est chargé de photographier les quartiers pauvres de la ville. Ce
travail donnera lieu à la publication d’un album
intitulé Photographs of Old Cloth/Street & co, paru
en 1878. Selon Michel Christolhomme, il s’agit là du premier
reportage de l’histoire de la photographie. D’autres se contentent de
voir dans ce travail de commande l’un des premiers ouvrages de
photojournalisme de grande ampleur. En effet, contrairement à John
Thomson que nous étudierons en fin de semaine, Thomas Annan ne peut
pas être considéré comme un réformateur social. Il ne manifeste
pas de volonté de changement politique marqué et ses photos ne sont
pas centrées sur les gens mais sur l’architecture dans laquelle ils
vivent. Quelques-unes de ses photographies semblent pourtant prouver le contraire.

image

Photographs of Old Cloth/Street & co, Thomas Annan, 1878.

image

Photographs of Old Cloth/Street & co, Thomas Annan, 1878.

Thomas Annan est également le père de James Craig Annan,
photographe comme lui appartenant au très select groupe des
Photographers and Phographic Engravers to her Majesty of Glasgow.
James reprend et développe le studio crée par son père. Cette
entreprise existe encore aujourd’hui sous le nom de The Annan Fine
Art Gallery
, situé sur Noodlands Road dans le West
End
de Glasgow.

image

Portrait de James Craig Annan par Alvin Langdon Coburn. 

Ressources : 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s